Education permanente

L’Université Populaire d’Anderlecht ne peut être abordée sans faire mention de son implantation sociogéographique.

D’abord active dans le quartier de Cureghem, l’UPA s’est ouverte à une plus large zone du territoire bruxellois et s’adresse aujourd’hui à un public très diversifié. Les personnes qui fréquentent notre asbl sont essentiellement issues des franges bruxelloises les plus précarisées. Que ce public soit redirigé vers nous par les CPAS ou par toute autre voie (Actiris, bouche-à-oreille, écoles, etc.), les participants aux activités de l’UPA présentent fréquemment les caractéristiques suivantes : ils sont issus de toutes les origines présentes à Bruxelles, sont précarisés et/ou peu instruits, appartiennent à toutes les générations confondues (de 6 à 90 ans). Cela n’a rien d’un ensemble exclusif puisque nous accueillons tout aussi régulièrement d’autres types de public, selon les activités proposées : frange plus favorisée de la population des communes bruxelloises, public universitaire, public issu du réseau associatif, etc. Au-delà des conditions socioéconomiques et culturelles, le public de l’UPA – tant les enfants que les parents – est très souvent concerné par des problèmes d’ordres divers : fracture numérique, difficultés d’accès à l’alphabétisation, intégration (socio-)économique, intégration (à l’école et en dehors), décalages culturels, accès à la langue et à la culture, manque de possibilités, de moyens et d’outils au niveau du suivi familial.
Afin de relever ces nombreux défis, l’éducation permanente, en tant qu’outil de prise de conscience, de connaissance critique, de participation citoyenne active et de responsabilisation, au travers de la mise en réseau notamment, demeure au rang des priorités.
Pour s’y atteler, l’UPA entend mettre à profit sa situation géographique, la diversité et l’étendue de son public ainsi que sa gamme d’activités quotidiennes.
À partir d’une approche inspirée des pédagogies actives et adaptée aux différents publics, l’UPA construit un cadre favorable à la reconnaissance, la valorisation et l’exploitation collective des désirs, des savoirs et des savoirs-faire de chaque individu.
Les actions entreprises visent à développer la compréhension du monde, l’analyse de sa complexité et l’esprit critique au travers d’ateliers de réflexion, d’ateliers manuels et d’activités sportives et artistiques, principalement articulés autour de la question de la fracture numérique, des problématiques du contact entre cultures et du repli identitaire, des relations intergénérationnelles et de la démocratisation de la connaissance.
L’objectif : amener les participants à une émancipation individuelle et collective en tant que citoyens, acteurs engagés dans leur société.

L’UPA est structurée autour de deux pôles :

 

Au cœur de l’organisation : des activités d’éducation permanente définies autour de 3 thématiques d’actions

 

En périphérie de l’organisation : des activités « porte d’entrée » structurées en quatre sphères distinctes et complémentaires :

. Porte d’entrée n°1 : Activités de cohésion sociale
. Porte d’entrée n°2 : Activités de démocratisation de la connaissance
. Porte d’entrée n°3 : Création de réseaux de savoirs
. Porte d’entrée n°4 : Création d’un réseau d’action social solidaire ( RASS)

Chacune de ces portes nous permet de recueillir et de rassembler des forces vives différentes qui s’intègrent, petit à petit, au cœur de notre programme d’éducation permanente.

Cette structure à deux niveaux a toute son importance, car c’est elle qui permet que nous réunissions dans un même espace des groupes sociaux, économiques et culturels très divers. Dans cet espace, chaque individu qui participe au projet est considéré, au même titre que les autres, comme membre de l’Université Populaire d’Anderlecht, et chacun a à apporter aux autres quelque chose qui lui est propre, inaliénable et incommensurable vis-à-vis de ce qu’apportent les autres.

Ainsi, autant l’équipe pédagogique employée par l’asbl que les différents participants aux ateliers sont sur un pied d’égalité et coopèrent au cours des étapes nécessaires à la construction conjointe des savoirs critiques : conscientisation des réalités sociales, compréhension critique, analyse critique, expression culturelle et artistique.